Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 23:38
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !
En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !

En souvenir d'un jour très particulier, le 14 août 2013, quand la Lune a pris rendez-vous avec le Soleil, vu d'un 9ème ciel !

 

En admirant ce soir la lune s'éclairant aux rayons du soleil couchant, dans cette tiédeur invitant à la rêverie et à passer la nuit à regarder les étoiles dans le ciel, ces minutes m'ont paru encore plus précieuses que d'habitude.

Le calme planait au-dessus des toits de la ville ! Les oiseaux s'étaient déjà endormis ! Je me laissais aller à une douce impression de sérénité que la Nature m'offrait dans cette contemplation divine. Depuis quelque temps, je fuyais plutôt ces heures de peintures solaires, me ramenant à des souvenirs que je voulais oublier par nécessité et pour me plier à la force du destin.

Dans ce moment d'éternité, tel un cadeau inestimable du présent, mon esprit s'est mis à vagabonder sur le sens à donner à la vie, quand le choix n'est pas permis et qu'il faut se plier à toutes les intempéries, puis les reconnaître finalement en fatalités. Quoi que nous décidions, nous ne sommes pas maîtres des événements. Nous avons trop souvent le sentiment de dominer la situation, même les plus scabreuses, les plus inconfortables, que nous nous empressons d'affirmer que nous les maîtrisons, que nous les gérons. Mais il ne s'agit que d'illusions ! Nous sommes menés par le bout du nez par notre destin ! C'est du moins le bilan que j'en fais aujourd'hui après nombre de déconvenues douloureuses.

Les heures de mon présent me murmurent à l'oreille que l'acceptation apaise la souffrance, éloigne les émotions dévastatrices, apure les sentiments égarés dans la passion et la colère des frustrations et ravive cette humilité à simplement être en vie. Car, même si nous n'avons pas demandé à venir sur Terre, maintenant que les pieds foulent le sol, comme les racines de l'arbre s'y enfoncent, nos ruades, nos prises de risques, nos défis tombés à l'eau, nos paris malheureux ; nous n'aurons fait que des cabrioles, des sorties de route, tenté de brouiller les cartes, foncé dans le brouillard pour accomplir quelques-uns de nos rêves, tout en sachant que les plus beaux seront toujours ceux que nous ne réaliserons jamais.

Une vie se mesure en trois temps : nous naissons, nous vivons, nous mourons ! Le sens est obligatoire et peut donner l'illusion d'être parfois giratoire, lorsque le sentiment de tourner en rond, de piétiner sur place, d'être cloué sur sa propre croix, de se heurter à des murs, errer dans un labyrinthe, nous taraude. Nous courons tous après des chimères dans le désert, que seuls quelques oasis nous désaltèrent et nous donnent la force d'avancer.

Quand la lucidité s'impose enfin à l'aveuglement, l'insouciance, ou même l'inconscience du bienheureux qui ne se pose aucune question, se laissant dériver au fil des courants, des vents et des marées, la mesure du temps reprend toute sa dimension. S'impose alors le désir de vouloir l'arrêter, le suspendre aussi facilement que nous pouvons stopper les aiguilles d'une horloge ou d'une montre pour en savourer toute sa valeur et son exception.

Ce temps d'une préciosité absolue jonchée d'instants révolus, qui n'auront jamais été appréciés à leur juste valeur, inestimable ! Notre mémoire est un trésor de souvenirs, de choses de la vie trop souvent négligées au profit de cette course inutile de devenir quelqu'un, d'être important, de satisfaire ses ambitions, d'atteindre la réussite ! Si l'on réfléchit un peu : à quoi çà sert tout çà, si au bout du chemin, il faut tout remettre au placard et revenir à la case départ ?

La valeur de l'essentiel ou les vraies valeurs ne seraient-elles pas faussées au départ après la prise en mains dès la naissance de nos cerveaux en construction, prêts à tout enregistrer, en bon et en mauvais?

Ce sont des valeurs d'une société qu'on nous a inculquées avec une camisole de force psychologique. Liberté, Égalité, Fraternité, Libre-arbitre ! Que de mots menteurs pour nous rassurer que nous ne faisons pas fausse route, mais que dans nos moments de doute, nos heures de réflexion et de remise en question, nous nous égarons. Une fois rectifié le cap à suivre par le bélier de têtes, les moutons de Panurge n'ont plus qu'à foncer têtes baissées !

Ce soir en contemplant le ciel et laissant libre court à toutes mes pensées, je me sens si petite, si insignifiante face à cet univers ! Un grain de sable, une poussière d'étoile, une âme dérivante dans le cours d'une vie du commun des mortels dans un monde où règne une chose qui brille de tous ses feux par son absence, seulement perceptible par quelques effets de lumière furtive aveuglante....l'Amour universel !

 

  

En admirant ce soir la lune s'éclairant aux rayons du soleil couchant, dans cette tiédeur invitant à la rêverie et à passer la nuit à regarder les étoiles dans le ciel, ces minutes m'ont paru encore plus précieuses que d'habitude.

Le calme planait au-dessus des toits de la ville ! Les oiseaux s'étaient déjà endormis ! Je me laissais aller à une douce impression de sérénité que la Nature m'offrait dans cette contemplation divine. Depuis quelque temps, je fuyais plutôt ces heures de peintures solaires, me ramenant à des souvenirs que je voulais oublier par nécessité et pour me plier à la force du destin.

Dans ce moment d'éternité, tel un cadeau inestimable du présent, mon esprit s'est mis à vagabonder sur le sens à donner à la vie, quand le choix n'est pas permis et qu'il faut se plier à toutes les intempéries, puis les reconnaître finalement en fatalités. Quoi que nous décidions, nous ne sommes pas maîtres des événements. Nous avons trop souvent le sentiment de dominer la situation, même les plus scabreuses, les plus inconfortables, que nous nous empressons d'affirmer que nous les maîtrisons, que nous les gérons. Mais il ne s'agit que d'illusions ! Nous sommes menés par le bout du nez par notre destin ! C'est du moins le bilan que j'en fais aujourd'hui après nombre de déconvenues douloureuses.

Les heures de mon présent me murmurent à l'oreille que l'acceptation apaise la souffrance, éloigne les émotions dévastatrices, apure les sentiments égarés dans la passion et la colère des frustrations et ravive cette humilité à simplement être en vie. Car, même si nous n'avons pas demandé à venir sur Terre, maintenant que les pieds foulent le sol, comme les racines de l'arbre s'y enfoncent, nos ruades, nos prises de risques, nos défis tombés à l'eau, nos paris malheureux ; nous n'aurons fait que des cabrioles, des sorties de route, tenté de brouiller les cartes, foncé dans le brouillard pour accomplir quelques-uns de nos rêves, tout en sachant que les plus beaux seront toujours ceux que nous ne réaliserons jamais.

Une vie se mesure en trois temps : nous naissons, nous vivons, nous mourons ! Le sens est obligatoire et peut donner l'illusion d'être parfois giratoire, lorsque le sentiment de tourner en rond, de piétiner sur place, d'être cloué sur sa propre croix, de se heurter à des murs, errer dans un labyrinthe, nous taraude. Nous courons tous après des chimères dans le désert, que seuls quelques oasis nous désaltèrent et nous donnent la force d'avancer.

Quand la lucidité s'impose enfin à l'aveuglement, l'insouciance, ou même l'inconscience du bienheureux qui ne se pose aucune question, se laissant dériver au fil des courants, des vents et des marées, la mesure du temps reprend toute sa dimension. S'impose alors le désir de vouloir l'arrêter, le suspendre aussi facilement que nous pouvons stopper les aiguilles d'une horloge ou d'une montre pour en savourer toute sa valeur et son exception.

Ce temps d'une préciosité absolue jonchée d'instants révolus, qui n'auront jamais été appréciés à leur juste valeur, inestimable ! Notre mémoire est un trésor de souvenirs, de choses de la vie trop souvent négligées au profit de cette course inutile de devenir quelqu'un, d'être important, de satisfaire ses ambitions, d'atteindre la réussite ! Si l'on réfléchit un peu : à quoi çà sert tout çà, si au bout du chemin, il faut tout remettre au placard et revenir à la case départ ?

La valeur de l'essentiel ou les vraies valeurs ne seraient-elles pas faussées au départ après la prise en mains dès la naissance de nos cerveaux en construction, prêts à tout enregistrer, en bon et en mauvais ?

Ce sont des valeurs d'une société qu'on nous a inculquées avec une camisole de force psychologique. Liberté, Égalité, Fraternité, Libre-arbitre ! Que de mots menteurs pour nous rassurer que nous ne faisons pas fausse route, mais que dans nos moments de doute, nos heures de réflexion et de remise en question, nous nous égarons. Une fois rectifié le cap à suivre par le bélier de têtes, les moutons de Panurge n'ont plus qu'à foncer têtes baissées !

Ce soir en contemplant le ciel et laissant libre court à toutes mes pensées, je me sens si petite, si insignifiante face à cet univers ! Un grain de sable, une poussière d'étoile, une âme dérivante dans le cours d'une vie du commun des mortels dans un monde où règne une chose qui brille de tous ses feux par son absence, seulement perceptible par quelques effets de lumière furtive aveuglante....l'Amour universel !

 

 

Prends ton sourire
Et donne-le à celui qui n'en a jamais eu
Prends un rayon de... soleil
Et fais-lui percer les ténèbres
Découvre une source
Et purifie celui qui est dans la boue
Prends une larme
Et dépose-la sur le visage de celui qui ne sait pas pleurer
Prends le courage
Et mets-le au cœur de celui qui ne peut plus lutter
Découvre un sens à la vie
Et partage-le avec celui qui ne sais plus où il va
Prends dans tes mains l'Espérance
Et vis dans la lumière de ses rayons
Prends la bonté
Et donne-la à celui qui ne sais pas donner
Découvre l'amour
Et fais-le connaître à tous.


MAHATMA GANDHI

Partager cet article

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 00:09

   kfrhpyxt

  

  

  

   1er MAI  2010

  

  

  

  

  

  

  

 

 

Aujourd'hui est un jour très spécial puisque c'est celui de mon Anniversaire.

Quel drôle d'idée d'être née ce jour là, me direz-vous !

 

                       La Fête du Travail !

  mumujp59

A vrai dire, je ne pense pas avoir été très emballée de sortir du ventre de ma mère, mais en fait, on ne m'a pas demandé mon avis.

 

Et ce ne sont pas mes cris de protestation en arrivant au Monde qui ont changé les choses. Déjà des grands moments de solitude et d'incompréhension !!!!

  

Le vrai problème n’est pas vraiment d’être née le 1er mai, mais celui de l’Anniversaire en lui-même. Impossible à oublier et surtout à se faire oublier ! Une vraie corvée au fil des ans !

   

Pour ce qui est de l’horloge biologique, c’est dans la tête que les aiguilles tournent. Quand on aime, on a toujours 20 ans..... et comme je suis amoureuse, je n’ai pas décollé de cette décennie.

 

De toute manière, nous appartenons à une société qui prône le jeunisme. Donc, à partir de 35 ans, nous sommes presque bons à mettre au rebus. C'est fou le coup de vieux que nous prenons, en plus de la malchance de se retrouver un jour sur les rangs des chômeurs, passés ce "créneau horaire" de nos artères.

 

Au début, ça surprend ! Et après récidive, c'est la révolte, l'envie de crier "aux armes citoyens". Halte aux discriminations.....toutes, y compris celle-là.

 

C'est ainsi que nous mettons une étiquette à chaque décennie atteinte, jusqu'à...plus soif, ni manger d'ailleurs, puisque au final, ce sont nos os qui nous classent sous la même catégorie que les autres.........sans plus aucune distinction.

 

Il reste néanmoins un côté très positif d’être née le 1er Mai. C’est le jour du Muguet porte-bonheur et comble de chance, j’adore ce parfum ! Avec le mimosa, c’est ma fleur préférée !

 

Quant à savoir si ce muguet m’a porté bonheur au long des décennies déjà écoulées, ce n’est pas gagné. Je préfère faire confiance à mon chiffre 13, qui jusqu’à présent s’est plutôt montré bénéfique pour moi.

 

Ce qui n’est pas le cas de tout le monde et source de superstitions des plus diverses. Est-ce que je m’adresse en ce moment aux candidats à la scoumoune ??

 

Pour en revenir à l’âge, avez-vous remarqué qu’il est tout à fait inutile sur Internet, puisque nous nous adressons à des pseudos, des avatars, des entités tout à fait anonymes, complètement floutés derrière un écran et un clavier.

 

Un jeune de 18 ans peut très bien s’adresser à un moins jeune de 65  sans même s’en apercevoir, et vice versa d’ailleurs. C’est pas beau la communication ?

 

Un certain charme tout de même du mélange des générations ! Fini les complexes pour ceux qui sont déclarés obsolètes par la Société à l’âge de 50 ans, par exemple. 

 

La revanche du "vieux ringard" a sonné, en surfant sur les sites cybernétiques pouvant même en remontrer aux jeunots, qui sont tombés dedans comme Obélix dans son chaudron de potion magique. Qu’importe les années quand il s’agit de surfer !!! Sportifs ou pas, jeunes, moins jeunes, naviguent sur Internet comme des sportifs de haut niveau dans le plus total anonymat.

 

D’où la nécessité de n’attacher aucune importance à l’âge, ce sablier du temps qui diffère d’ailleurs d’une personne à l’autre sans commune mesure. La personnalité de chacun ne dépendant que de la valeur de sa vie intérieure !

 

Il suffit de réaliser que, dès avoir mis le pied dans ce monde, nous commençons déjà à vieillir. Alors ! Nous sommes bien avancés avec nos critères de catalogue rempli de pages de préjugés !

 

ggoqvqra Voilà, c’était ma séquence "1er Mai", à l'occasion de mon nouveau printemps, que je voulais marquer de ma petite touche perso sur cette satanée manie de nous rappeler le poids des ans, comme une naissance renouvelée dans l’effervescence et la joie.

 

J’en profite pour vous offrir ces jolis bouquets, qui ne manqueront pas, j’en suis sûre, de vous porter bonheur.

 

 

 

 

 

 f7wvv48t

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Confidences
commenter cet article

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module