Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 22:43

gif-anges-3.gif

 

 

thumbnailCA6QS45D

 

 

Mais revenons à une population d’âge moyen, en quête de l’âme sœur.

 

Il y a la catégorie des crânes tondus très tendance depuis Pascal Obispo. Regrettable pour Yul Bruner qui n’a guère trouvé d’émules à l’instar de ce chanteur made in France d’aujourd’hui.

Pour cette catégorie là, qui s’adresse à un public sortant de l’adolescence et non d’une prison quelconque, comme on pourrait le supposer à voir leurs pistes d’atterrissage pour mouches, la musculation semble assez compatible avec la personnalité du taulard en fuite après la grande évasion que signale le crâne en peau de fesse.

Pour peu qu’ils poussent le mauvais goût à choisir le costume à rayures dernier cri du mafioso en villégiature et que la graisse n’arrive pas à s’agripper à leur morphologie, vous pouvez alors les comparer à des malheureux rescapés des camps de la mort de la dernière guerre mondiale. Ils donnent bien une image de notre société qui fait n’importe quoi pour se faire remarquer et provoquant de ce fait, des réactions déplacées et irrespectueuses vis-à-vis d’un passé particulièrement douloureux et barbare.

A croire également que tous ces imberbes du cuir chevelu ont regardé trop de films Science-Fiction dans leur prime jeunesse, représentant souvent des extra-terrestres avec des oreilles en pointe et des” boules à zéro”, reluisantes !

Néanmoins, l’avantage de cette mode déplumée de la caboche, c’est qu’elle n’est pas irréversible et que des cheveux.., ça repousse I Contrairement aux tatouages indélébiles que se faisaient les hippies des soixanties.

Quelques rescapés de la fumette de moquettes, dans les rave parties des années Woodstock pour leur croisade “faites l’amour, pas la guerre”, n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer à cause d’un tatouage qui leur maquillait, style Geisha, le coin extérieur de chaque oeil en un fin trait bleuté. Arrivés à la quarantaine, difficile à assumer lorsque l’on revendique sa virilité. Cependant, cette erreur de jeunesse leur ouvrait l’accès au casting de la Cage aux Folles sans être censurés par la reine des drag-queen!

Enfin, tout ça pour dire que la virilité n’est plus ce qu’elle était, que l’homme d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui et que ce dernier semble s’être mis au diapason du sexe opposé. La femme, en se libérant, a fini par récolter la force des poils du mâle, en se référant à l’expression “prendre du poil de la bête”.

De ce fait, solidaire, le sexe dit “fort” prône de plus en plus la beauté imberbe, le poil rappelant trop le singe et l’arbre dont il descend. Il trouve aujourd’hui très naturel de se rendre chez l’esthéticienne pour une séance d’épilation ou de nettoyage de peau.

Et que je me teins les cheveux !! A condition toutefois que le choix et l’allure ne se soient pas portés sur ceux de la coupe cosaque de Tarass Boulba ! Et que j’me percing le nez ! Par ailleurs, la morale et la décence interdiront de dévoiler les autres parties anatomiques concernées par les boucles d’oreilles multifonctions   Monsieur “se féminise” et c’est plutôt bien perçu par les femmes devenues mecs. thumbnailCAZB4H4K.jpgElles trouvent même cette “mutation” très sexy...! chacun ses goûts... Il sait à présent ce que signifie : “il faut souffrir pour être b.. elle !

Mais ne sortons pas du sujet qui nous occupe, la préparation de la rencontre “fatale” avec le trésor non réclamé.

La candidate, quant à elle, n’aura aucun scrupules à vider carrément sa garde robe avec, en finalité, un dilemme resté intact quant au choix de la toilette à vocation séductrice. Au bout de quelques heures, enfin, la gente dame ou demoiselle finit par enfiler le petit tailleur, printanier si la saison s’y prête, de sa couleur préférée, avec chaussures assorties bien sûr.

Elle sort aussi la quincaillerie “tout ce qui brille n’est pas d’or” en apposant ensuite les peintures, non pas de guerre sur le visage, mais spécifiques au ravalement de la façade, si le tic-tac du temps oblige à atténuer les sillons de la déconvenue. Bref, un relookage digne de “C’est mon choix” pour éblouir le prétendant à la découverte de l’âme qu’il souhaiterait voir devenir sœur.

Les atouts étant posés, le rendez-vous convenu a lieu, en principe, dans un endroit plutôt agréable, entouré de verdure si possible, afin de parer d’une note de fantaisie la première rencontre. Si c’était la bonne ? Autant se souvenir d’un cadre romantique que du bistrot de la rue Tartempion, ou le hall de la Gare “circulez y a rien à voir I”

En ce qui concerne les candidats corrects et bien éduqués, l’heure fixée est respectée. C’est alors que l’étincelle de rêve prête à allumer le feu de la passion, cesse brutalement de crépiter dans le tiroir de vos illusions. Car, il ne faut pas croire ! Que l’on ait 15 ou 60 ans, chacun attend l’Amour avec un grand A comme les Chrétiens attendent le Messie I Dès le premier regard posé sur “l’élu” de fortune, trié dans les petites annonces, le feeling passe ou ne passe pas.

Dans le premier cas, tous les espoirs restent permis et “à nous les petites anglaises”, le sujet mérite d’être étudié de plus près. Dans le cas contraire, vous vous mordez les lèvres en vous disant : “Pouah ! dans quelle galère, je me suis fourrée là !”. Mais comme vous êtes poli(e), vous ne partez pas bien sûr en courant.

Pourtant, vous aimeriez bien vous mettre dans la peau de Blanche Neige retrouvant ses haillons aux douze coups de minuit pour faire fuir l’objet de votre déconvenue ou le voir transformer en citrouille comme le carrosse. Impossible ! Il n’y a plus qu’à serrer les dents et faire semblant d’être ravi(e) de faire connaissance.

Il se peut également, que l’absence de feeling soit réciproque. Ce qui facilite et réduit surtout la rencontre, les deux parties s’étant aperçues en un éclair de temps, qu’il était inutile de poursuivre les investigations.

Toutefois, là où ça se complique, c’est lorsque l’un des deux protagonistes flashe et transforme ainsi des minutes de rendez-vous pénibles, subies par l’autre comme un calvaire diplomatique. Jusqu’au moment où n’en pouvant plus, la “victime d’une erreur de parcours” se trouve une excuse de dernière minute, des plus importantes, pour fuir le “prétendant”.

Quelquefois, l’honnêteté et la franchise sont même nécessaires pour dissuader l’interlocuteur visuel de poursuivre son désir manifeste de gratter le vernis de la première rencontre.

27r04u5-new353.jpg

Les amateurs d’annonces, dont le but est de rechercher un ou une partenaire dans l’espoir de rompre une solitude marginalisante, finissant par enterrer l’âme devenue transparente au fil du temps, auront compris au bout de quelques tentatives, que les annonces concernent les grands rêveurs et les midinettes, mais surtout les laisser pour compte, les pauvres défavorisés de la nature au physique ne pouvant prétendre à allumer les prunelles du candidat, sans oublier les pauvres bougres qui font rédiger l’annonce ou la lettre par quelqu’un d’autre, étant incapables de le faire eux-mêmes.

Il est également possible de rencontrer le super man, dirigeant d’une entreprise entourée de trois secrétaires, rien que ça, qui arrive sur le lieu du rendez-vous au volant d’une 4 L pourri, vêtu d’un jean et d’une veste pied de poule noir et blanc, le crâne dégarni, des tessons de bouteille en guise de lunettes, une vraie moustache bien fournie sous le nez.

En bref, la doublure du Monstre du Loch Ness ! Avant même que vous ayez pu passer la marche arrière devant cette apparition digne du musée des horreurs, qu’il vous a déjà joué la scène de l’hidalgo vous ouvrant la portière de la voiture pour vous inviter en ville à prendre un pot.

Si pour une raison ou une autre, vous aviez encore des doutes sur vos premières impressions négatives, celles-ci se voient subitement confortées en totalité par la forte odeur de campagne imprégnée dans les sièges de la voiture, dont l’intérieur dévoile davantage un transport de matériel spécialisé dans l’agriculture que de dossiers et serviettes posés négligemment sur la banquette arrière par un Directeur de Société. D’ailleurs, cette dernière a été enlevée, transformant la vieille 4 L en camionnette. Une voiture très prisée dans les campagnes ! Vous n’avez pas remarqué ?

Non pas que l’odeur du lisier soit désagréable dans un cadre champêtre, mais à l’intérieur d’une voiture, quelque peu incommodant ! Carrément écœurant lorsque vous vous apercevez que le parfum utilisé par le gentleman-farmer est identique à celui de la voiture. C’est là que vous vous dites encore : “il a fallu que ça tombe sur moi !”.

Si pendant un moment, vous vous trouviez dans les nimbes de la rêverie romantique de la princesse allant rencontrer le prince charmant, la réalité a vite fait de vous faire plonger dans un cauchemar éveillé, duquel vous ne savez pas comment vous sortir, sans blesser la susceptibilité du “valet de ferme” !...pas jusqu’à dire Gentleman Farmer voyez-vous !

Vous ne faites pourtant pas partie de ces mijaurées, “m’as-tu-vu”, qui demande la Lune, mais tout de même, il y a des limites. Surtout lorsque l’usurpateur d’identité, qui s’est fait passer pour ce qu’il n’était pas et détectable dès le premier coup d’œil, tente de se justifier en vous signalant qu’il est en train de construire une maison de campagne et que le “carrosse-citrouille” qui vous emmène dans le centre ville sert au transport de matériau de construction à cet effet.

Vous n’aviez pas franchement envie de connaître les détails, puisque sans consulter Madame Irma, vous aviez compris de quoi il retournait aussitôt.

Normalement, l’entretien aurait dû être bâclé en un quart d’heure. Mais c’est sans compter sur l’assaut “chevaleresque” du personnage. Lorsque vous vous retrouvez enfin dans un bar en train de prendre un pot avec ce dernier, vous tentez néanmoins de vous intéresser à lui, toujours par correction et politesse. Ce qui a pour effet immédiat de délier la langue de Monsieur et prouver à la princesse déçue que la première impression est toujours la bonne.

En outre, vous évitez de regarder autour de vous, au cas ou l’une de vos connaissances se trouverait malencontreusement dans la périphérie et en priant tous les saints du paradis, alors que vous êtes athée, de ne rencontrer personne.

Lorsque, à bout de force, de patience et de diplomatie, vous décidez d’achever le calvaire, vous en profitez pour informer le “chevalier servant” que vous ne souhaitez pas le revoir. Certaines préféreront laisser planer le doute en lançant négligemment : “on se rappelle” comme le fait le partenaire masculin après un moment d’égarement avec la dame, mais dans un autre contexte !...

En général, à l’issue de l’entrevue qui a duré trop longtemps, vous vous retrouvez dépitée en vous promettant de ne pas renouveler l’expérience ou de tenter de vous montrer plus perspicace à l’avenir, tout en faisant davantage parler le candidat au téléphone avant de le rencontrer.

Cependant, malgré cette sage précaution et ne voulant pas vous laisser abattre par une expérience négative, vous décidez de vous donner une autre chance. Après tout, il faut être battant dans la vie pour avancer! Pour citer la phrase leitmotiv du donneur de leçon. Et voilà que les espoirs se remettent à refléter dans les miroirs de votre optimisme, comme le Roi Soleil se pavanant dans la galerie des glaces du Château de Versailles ! Pas terrible la comparaison, mais bon.

La chance semble vous sourire tout à coup avec peut-être même un couplé ! Sera-t-il gagnant? Vous venez de sélectionner deux contacts encourageants. Vous réalisez que vous avez si bien sympathisé au téléphone que l’entretien a duré plus d’une demi-heure. Pouvoir discuter avec un inconnu si longtemps, alors que vous connaissez parfois l’aridité de conversation avec un proche ou membre de votre famille, est plutôt de bon augure I

Toutefois, vous évitez cette fois-ci de refaire le grand jeu de la toilette “made in coquetterie je mets le paquet”. Vous optez pour le cent pour cent naturel, afin d’éviter les remords du temps passé pour rien après la rencontre.

Cette fois-ci, vous arrivez la première au rendez-vous fixé dans un lieu bien repérable, car “l’élu” n’habite pas la même ville et ne connaît pas bien la vôtre. Preux chevalier, il a tout de même accepté de faire une trentaine de kilomètres pour vous rencontrer. Touchée par cette marque de galanterie, vous laissez votre portable allumé au cas où le sieur éprouverait des difficultés à vous rejoindre.

Un quart d’heure après l’heure fixée, l’inconnu visuel n’est toujours pas là et constatant l’affluence de la circulation, vous imaginez immédiatement qu’il s’est retrouvé bloqué dans un bouchon quelque part. Une demi-heure plus tard, vous commencez à trouver le temps long, d’autant que le portable est resté muet tout ce temps. Vous ne comprenez pas pourquoi il ne vous a pas téléphoné pour vous donner les raisons de son retard.

Au bout de trois quarts d’heure, vous estimez que vous avez assez attendu et décidez d’en avoir le cœur net. Le progrès a du bon, car lorsqu’un inconnu vous appelle sur votre portable, son numéro s’affiche, à moins qu’il ait opté pour l’appel secret. Auquel cas, il faut le signaler à chaque appel à votre téléphone.

Légèrement contrariée, l’idée d’être tombée sur un parfait mufle ne veut pas complètement envahir votre esprit, car vous avez le souvenir de votre entretien téléphonique de la veille en mémoire. Celui qui joue l’Arlésienne à ce moment précis s’était montré le plus enthousiaste à précipiter la rencontre au lendemain. Donc de quoi être perplexe et incrédule !

A votre avis, il s’est passé quelque chose d’imprévu et peut-être assez grave, au point de l’empêcher de s’excuser au téléphone. Vous êtes gentille tout de même et   tellement naïve !!!

Les limites de votre patience étant atteintes, vous vous décidez à faire son numéro. Lorsque votre interlocuteur décroche à votre appel, vous avez l’impression d’entendre l’expression d’un gros point d’interrogation dans la voix du branché cinq sur cinq et de prendre l’apparence d’une revenante de l’au-delà ou de l’extraterrestre débarquant à brûle-pourpoint sur le siège du passager de son véhicule.

Car ce Monsieur se trouvait effectivement bien sur la route du lieu de rencontre, mais sur celle du retour. Devant l’apparition virtuelle et téléphonique, l’intéressé se met à bredouiller des excuses de circulation l’ayant mis dans l’impossibilité de se rendre au rendez-vous ce fameux soir avec promesse de rappeler plus tard. Vous savez la petite phrase diplomatique d’hypocrite et de lâche !!!

Le film se déroule alors dans votre tête à la vitesse d’un film muet de Charlie Chaplin, sans les cascades, mais avec l’ampleur de la muflerie dont peut être capable un individu, aux apparences de quelqu’un de bien sous tout rapport intellectuellement. Il est probablement venu mais est resté dissimulé dans sa voiture pour pouvoir estimer tout à loisir la marchandise qui venait se livrer à son regard, mais à son insu...à elle !

Ayant jugé le physique de la dame incompatible avec ses espérances, il était reparti comme il était venu, incognito, pensant pouvoir se noyer dans la foule des manipulateurs verbaux, les don juan de la tchatche à connotation de publicité mensongère.

Ce à quoi, il ne s’attendait pas, c’était que la “belle de Cadix” avait noté son numéro de téléphone et qu’elle le prenait ainsi en flagrant délit de fuite à l’image du collabo pendant la seconde Guerre Mondiale, du lâche devant l’ennemi, du salaud abandonnant son chien en pleine forêt attaché au pied d’un arbre, de la lavette en général. Moralité : attention aux bonimenteurs, aux beaux parleurs !!

Il faut de tout pour faire un monde ! Grâce à cette diversité, certaines rencontres, si elles sont de courte durée, peuvent être des plus courtoises, de part et d’autre, même si les deux parties savent que le “plus si affinités” n’est pas à envisager.

Car il est trop facile de dire que le physique passe au second plan. On a beau ne pas rechercher celui de Robert Redford ou de Julia Roberts, il est indispensable que quelque chose passe entre les individus et cela ne se commande pas. Feeling ou pas feeling, là est la question?

Finalement dans cette course du bonheur d’être à deux, dont certains sont condamnés à ne jamais connaître pour de multiples raisons, cette procédure peut encourager d’autres à continuer la démarche. Ils considèrent ainsi rompre leur solitude qui laisse indifférent le reste du monde. Cela les oblige à sortir de leur terrier de temps en temps, tout en ayant l’infime espoir qu’un jour peut-être ils finiront par dénicher l’oiseau rare.

Il y a ceux qui au bout de deux expériences baissent les bras, étant tombés sur ce qu’ils appellent le pire et que décidément ils n’ont pas plus de chance dans cette loterie que celle de la Française des Jeux. Il est donc inutile de dépenser inutilement de l’énergie dans ce style de recherche.

Et justement, comme dans tout jeu de hasard, les heureux gagnants ne se bousculent pas au portillon de la chance, mais ils existent ! Il arrive même que l’idylle qui en découle se voit couronner d’un mariage et comme un conte de fées,  ils eurent beaucoup d’enfants !

Il ne faut pas oublier non plus les “heureux gagnants” qui découvrent en prime la pochette surprise des “vices cachés” dissimulés pendant la promotion de la marchandise. Mais après tout, cela fait partie des aléas de la vie !

Les méthodes ont également beaucoup évolué puisque l’ordinateur sert aujourd’hui d’intermédiaire pour se faire de nouvelles relations. Il suffit de tchater sur Internet avec un candidat à l’échange virtuel pour ouvrir sa porte à l’amitié... .voir thumbnailCA0RBZE2.jpgplus si affinités. Et l’élu(e) de votre cœur peut se trouver au bout du monde, sur un autre continent. Pas étonnant que certains avaient du mal à le trouver auparavant !!!

Le marathon sentimental continuera sa route tant que l’Homme entendra battre son cœur dans sa poitrine et que les deux sexes éprouveront une attirance réciproque l’un vers l’autre.Il ne reste plus qu’à souhaiter que le parcours technologique de pointe en évolution ne détruise pas un jour cet aimant biologique qui favorise, depuis la nuit des temps, la formation du couple.

Si la femme continue son mimétisme avec le sexe opposé, à prendre sa revanche sur lui et l’écraser de sa supériorité évidente, il est déjà prouvé que les progrès de la science lui permthumbnailCA181XY4.jpgettront également de procréer sans l’obligation de copuler avec lui, pas plus que la nécessité de recueillir sa semence. Le clonage humain aura un jour son heure de gloire, comme l’ont eu la Bombe Atomique et les Armes Biologiques, initialement prévues pour n’être que des armes dissuasives.

Triste perspective que l’Amour sans Amour dans un monde unisexe ou asexué ! Un film d’épouvante qui pourrait récolter tous les oscars de la folie humaine!

 

 18705 d3799

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module