Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:40

 

 

 

 

Pendant un instant, une minute, un mois, un an, deux ans, la vie peut un jour se transformer en conte de fée. Tout simplement au détour d'un regard, d'une voix, quelques mots gribouillés çà et là, des sms, oreille contre oreille au téléphone. Des petits signes du destin, à moins que ce soit du hasard, qui bouleversent une existence sans aucun préavis, alerte ou mise en garde.

 

L'intérêt se focalise alors sur cette personne, qui vous entraîne dans une valse de sentiments qui vous fait tourner à en perdre la tête, à vous étourdir. Au début, vous vous dites que ce n'est pas possible ce qui vous arrive, que c'est trop beau cette sensation de planer. Que vous ne méritez pas non plus ce parfum de bonheur, qui s'imprègne dans tout votre être et fait battre la chamade à votre cœur.

 

En fait, vous sortez du cadre de la réalité. L'autre devient idéal, l'homme ou la femme de votre vie ! Le petit grain de folie vous guette et vous finissez par vous laisser prendre à son jeu délirant.

 

Quand le nuage est pris d'assaut après l'ascension vers la félicité, vous avez le sentiment d'être deux personnes en une seule. Vous êtes hanté littéralement, habité de l'autre, du soir au matin, et du matin au soir.

 

Ressentir cette présence constante à vos côtés, quel que soit le moment, l'endroit, sentiment qui rend léger et heureux, est tout simplement merveilleux.

 

L'Amour est hallucinogène, une drogue dure qui vous rend accro parfois à vie et qui se transforme en chagrin ou mélancolie, quand le sevrage se fait brutal et la cure de désintoxication définitive.

 

C'est une maladie qui fait souffrir faute de traitement apaisant la douleur d'aimer ; qui handicape au niveau de la pensée, puisque la fixation se fait permanente sur l'élu de son cœur, comme une dépendance qui affole les sens.

 

Inutile de résister à la tentation de faire une overdose, quitte à en subir les conséquences les plus dramatiques. Car on aime qu'une seule fois, à se mettre dans cet état second, au point d'y laisser son âme, comme on la vend au diable.

 

D'autant que ce privilège n'est pas accordé à tout le monde, de pouvoir prendre cette hauteur, ce dépassement de soi dans une autre dimension, un domaine où seuls les rêveurs peuvent s'aventurer. Pour en sentir tout le parfum, il faut avoir une prédisposition à cueillir cette fleur du désert avec la plus grande précaution, afin qu'elle ne fane pas prématurément dans les illusions, à l'arrivée dans cet oasis offert pour la voir s'épanouir.

 

Mais comme tout a un début et une fin, un jour, et parce que l'Homme n'est pas fidèle, pas plus qu'il l'est dans ses engagements et qu'il ne respecte pas ses promesses, c'est devoir faire face au retour brutal de la solitude de l'âme, devenue alors encombrée de remords ou de regrets, inévitables et amers.

 

Quand un navire se met en fuite dans la tempête, c'est tout l'équipage qui est sur le qui-vive dans l'attente du retour d'une accalmie.

 

L'Amour est un Capitaine despote, qui maintient ses marins sous son commandement, soumis et obéissants à son pouvoir, sans être tentés de suivre l'exemple des révoltés du Bounty. Ils restent prisonniers volontaires, puisque la mer les empêche de s'en évader, autrement qu'à la nage.

 

Il les entraîne dans l'aventure périlleuse, parfois jusqu'à la mort, et jamais sans douleur ! C'est pour cette raison qu'au début de cette navigation hauturière et totalement à l'estime, il transporte ses victimes dans un nuage de félicité pour mieux les enferrer, en les anesthésiant de rêves, afin de les empêcher d'évaluer de manière trop lucide, les fruits à récolter, qui sont loin, pour tous, d'être consommables et pour beaucoup deviennent indigestes.

 

Quand l'Amour prend fin, c'est un peu de son âme qui se meurt dans cet échouage. Et en faire le deuil, une mission impossible, quand l'empreinte qu'il laisse dans son sillage est une cicatrice, que la mémoire ravive des souvenirs d'un bonheur éteint.

 

Bienheureux, finalement, ceux ou celles qui en ignorent ses tourments !

 

 

 

18705 d3799

Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Reflexions
commenter cet article

commentaires

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module