Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:39

 

 

 

Philippe Petit en 1974

entre les deux tours du Word Trade Center

 

 

 

 

 

000079

Le funambule ne peut pas être un homme aux formes rondes, à l’allure pataude, aux mouvements désordonnés. Je l’imagine toujours élancé, la démarche légère et féline. Comme pour être en harmonie avec ce fil, qui l’accueille avec son balancier. Il y a de l’esthétisme dans ce couple aérien, qui captive tous les regards pointés vers le ciel.

Vu du sol, ce personnage défiant l’air et le vide me donne le vertige. J’imagine alors être ce funambule, agile, tout seul dans son entreprise périlleuse, posant la pointe de son pied droit sur ce fil, avec précaution, pour s’assurer d’abord de sa solidité avant de le conquérir. De sentir le contact de l’acier sous la plante des pieds, évaluant l’équilibre à prévoir pour ne pas tomber.

Je regarde droit devant moi, scrutant l’horizon avec persistance. Mes pieds se sont engagés vers cet avenir que je peux voir sans en connaître son contenu, ni même deviner si je vais tomber ou non.

La voie ne semble pas sûre, hasardeuse, et l’issue peut être fatale, avant de devenir effectivement fatale !!

FunambuleMais qu’importe le vin, pourvu qu’on ait l’ivresse !!! Je sens la caresse d’une brise légère m’effleurer les joues, comme pour m’encourager à me lancer dans l’aventure. Elle m’incite à détourner mon regard d’un objectif trop lointain, pour le déposer sur mon environnement de proximité. Celui-ci ne m’offre rien de mirobolant. Toutefois, regarder le présent est le plus important ! Il est là sous mes yeux. Je le scrute, je le respire, j’espère de lui un parfum de liberté, mais très vite mon regard reprend son objectif lointain.

Un horizon qui se pare de projets, car ce sont eux qui aident à maintenir l’équilibre et je ne dois plus détourner mon attention de cette ligne droite que je suis en train d’emprunter, sans même avoir l’intention de reculer. Elle ne peut pas dévier alors que ma détermination est de la franchir d’une seule traite, sans hésitation, motivée et sûre de moi.

A quoi peut bien penser le funambule au beau milieu du parcours, lorsque le fil semble plus souple et qu’il le sent bouger à chacun de ses pas, pourtant assurés ? S’est-il vidé la tête avant de se lancer avec pour seul objectif, franchir ce fil, avec le soutien de son balancier ? S’est-il vidé la tête ayant pour seule idée qu’à l’arrivée de l’autre côté, ce sont les applaudissements des spectateurs en liesse qui l’accueilleront ?

Mon funambule à moi ne s’est pas engagé avec la tête vide. Mon funambule à moi est un rêveur qui prend le risque de sa vie pour atteindre ses rêves à même le ciel !

Ses premiers pas sur le fil sont hésitants, dans la nécessité de bien assurer son équilibre. Jusque là, il ressemble au funambule qui en a fait son métier, dans le cirque de quartier. Il regarde aussi droit devant lui, afin d’envelopper son avenir dans son présent, comme le garant de sa survie.

Malgré le danger de cet exercice à plus de trente mètres du sol, il confie sa vie aux caprices du vent, après avoir vaincu sa peur instinctive, abandonnée aux vestiaires de ses doutes après maintes répétitions.

Je ne peux me contenter de le regarder évoluer sur son fil, sans que mon imagination s’empare de ses émotions, de sa peur au moment où le balancier s’est mis à pencher dangereusement après avoir esquivé une traîtresse rafale de vent.

Je me suis emparée de son balancier et suis étonnée de sa légèreté en trouvant l’équilibre270804 257924370975588 1786622475 n parfait à l’horizontale. Je peux aussi sentir le toucher froid du fil sous mes pieds. J’avance prudemment, un pas devant l’autre, en sachant que le moindre faux pas peut être ma condamnation à mort. Aucun filet n’amortirait ma chute, ayant fait le choix de braver la loi de l’attraction terrestre, en solitaire et sans assistance.

Je résiste à la peur d’avancer. Le balancier me rassure un peu, mais il ne dépend que de moi. A la fois un complice, qui peut devenir un traître si je relâche mon attention sur lui. Possessif, mes mains doivent rester cramponnées à lui. La moindre erreur serait fatale !

Le vide a pris toute sa place autour de moi. Une étrange sensation contradictoire m’envahit. A la fois, la peur de perdre mon équilibre ; celle d’avancer au-dessus du vide. Et contrairement à toute attente, je me sens libre dans cet espace partagé avec personne. Le silence s’impose pour m’accompagner dans mon aventure périlleuse, où la solitude et la maîtrise de soi sont une nécessité.

343231705La distance que j’ai prise à m’éloigner du sol me rapproche du ciel, mais aussi du vol des oiseaux, mes compagnons de route les plus évidents. Je rêve alors de déployer mes ailes, de voir mon balancier me soulever dans les airs et m’emporter au royaume du peuple migrateur.

Quelle est la motivation du funambule ? Le goût du risque et des défis ??

C’est sans doute pour cette raison que je me compare à lui. Cet acrobate des airs attiré par le danger de tous les défis. Sans doute un pied de nez à la morosité du quotidien, la mort lente et insidieuse. Se mettre dans la situation de risque, de tout perdre, pour mieux apprécier ce qu’il possède déjà.

Un étrange parallèle s’installe alors dans mon esprit, entre ce fil et le balancier et la voie du destin, habillée de la peur d’avancer et de l’attrait à se trouver dans des situations à risques. La peur de trébucher avec l’angoisse pour l’accentuer ; ou la volonté de marcher sans se soumettre à l’éventualité d’une chute.

jeunesseducoeur-imgSur ce chemin pavé d’obstacles qu’est la vie, laisser ses rêves prendre les airs, ses ambitions s’envoler à tire d’ailes, en se joignant au vol des oiseaux pour respirer le ciel au parfum de la Liberté.

Se laisser guider par son destin, comme le balancier fait contrepoids, en faisant confiance à son équilibre fragile, mais assuré par la volonté de ses pas sur le fil. Avoir la confiance du funambule dans la grande démarche de franchir sa vie.

 

 

La vie, 

c'est marcher sur un fil sans connaître le moment où on va tomber !

 

Julie Tomiris 

 

 

20683_413344935411783_805102201_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

funambule-249 

 

 

 

 

 

 

 

 http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=T9nHk5knEuc

Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

isilys 20/09/2011 23:14



... Et en plus un fil d'argent... Bien jolie paralléle entre le balancier et le temps qui passe, entre un funambule regardant vers l'horizon, vers un lointain bien qu'il soit sur le fil si étroit
de la vie avec son quotidien, son présent, et ses rêves s'entremêlant dans tous les vents risquant de sans cesse déstabiliser chacun...  



soleilvert29 25/09/2011 18:27



Merci Isilys de votre aimable commentaire à ce funambule qui n'en finit plus de marcher sur son fil, qu'il soit d'or ou d'argent, avec la crainte perpétuelle que son balancier penche du mauvais
côté.


A bientôt,


Amitiés,


Julie



Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module