Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 23:11

 


 

 

Quelque chose de bizarre s'est produit. J’étais confortablement assise sur un nuage de félicité. Vous savez, celui qui vous transporte dans ce rêve, qui n’est pas donné à tout le monde ; qui vous fait croire au Père Noël ; qui vous met en apesanteur, vous rend crédule et naïve, au point de croire l’homme, que vous désignez comme l’élu de votre cœur, vous dire des mots menteurs enrobés de promesses, qu’il ne tiendra jamais.

 

Mais pendant que je faisais ce voyage merveilleux, les yeux dans les yeux, joue contre joue, le regard tourné dans la même direction, émerveillés devant les soleils couchants sur la mer ; immergés dans le romantisme, habillés de grands serments, de toujours, à jamais ; les « je t’aime » devenus des points, des virgules, la formule sacrée faisant croire aux amoureux de Peynet qu’ils étaient unis pour l’éternité, j’étais déconnectée de la réalité.

 

A croire que lorsque l’Amour m’est tombé dessus, j’ai avalé une substance hallucinogène sans même avoir mangé des champignons. A moins qu’il ne s’agisse d’un pouvoir hypnotique m’ayant mise à la merci, sous la domination totale de cet épanchement sentimental. La potion magique versée dans les coupes de champagne et dégustée avec délice, sans pouvoir soupçonner un instant le pouvoir machiavélique de ses bulles exquises.

 

Sous l’emprise de cette ivresse amoureuse, cet élu ne pouvait être qu’un Prince venu délivrer sa Princesse et son cœur mis en jachère, prisonnière de sa solitude, bien à l’abri de son neuvième ciel.

 

Et c’est ainsi que je le vis débarquer sur son beau cheval blanc, sans même penser un instant qu’il put un jour et de manière aussi subite, que le jour où eut lieu le déclic, sans même attendre les coups de minuit pour me rendre mes vêtements en haillons, reprendre son carrosse, me laissant la citrouille pour amortir la descente brutale du nuage, sur lequel il m’avait installée.

 

De l’amoureux transi, il ne restait plus qu’un homme désemparé, ne sachant plus comment faire pour se libérer d’un Amour devenu encombrant, et retrouver son entière liberté. Il se devait d’avoir bonne conscience de ne surtout pas m’avoir blessée au-delà du supportable.

 

Parce que je dois tout de même préciser, qu’à son encontre je ne peux pas utiliser le mot que l’on donne à celui qui ne respecte pas ses engagements. Et par respect à sa délicatesse, je ne prononcerai pas le mot, puisqu’il aura manifesté quelques scrupules à m’avoir fait miroiter le bonheur à deux et ma vie réparée, sans que je puisse y voir le moindre reflet dans l'avenir.

 

Heureusement pour moi, et en regard de mes expériences passées, je ne l’avais cru qu’à moitié, prévoyant même la chute de cette histoire aux couleurs du jardin des délices, mais trop belle pour être vraie !

 

Pour ne pas l’accabler, me montrer généreuse, je prétends sans effort qu’il était sincère durant ces quelques mois, jusque dans ces promesses, sous l’emprise lui-même d’un amour passion, mais surtout éphémère, à l’instar malgré tout des amours d’aujourd’hui,  à la mode kleenex, des je t’aime, moi non plus !

 

J’avais même espéré, qu’à la fin de cet amour se voulant indestructible, la tendresse perdure et que l’Amitié en prenne le relais.

 

Mais dans un premier temps, c’était aborder un sujet impossible pour un homme pressé, qui ne peut s’encombrer d’une vie au rabais, d’un attrait par ailleurs aussi peu consistant que l’amitié issue des amants désunis.

 

Sur mon petit nuage, l’idée même fugitive de perdre cet amour aux détours du destin chaotique, me faisait prévoir le chagrin inconsolable, le profond désespoir, la survie mise en cause. Les mots « impossible de continuer à vivre » devenait le slogan, la preuve irréfutable que de grands sentiments étaient au rendez-vous.

 

Mais que s’est-il passé ? Et alors ? Et alors ? Ce n’est pas Zorro qui est arrivé ! Juste le caprice d’un homme insatisfait de sa vie, qui s’est laissé happer, extirper de son existence inconsistante par celle qui a su trouver les mots pour apaiser ses maux, générés d’un mal être à une période donnée. Nous nous sommes installés dans un rêve, vécu à deux, en réciprocité, et de manière fusionnelle, sans que le quotidien ne vienne tout briser. Ce sera la distance et l’usure du temps, au bout de dix sept mois, qui auront réussi à briser cet amour ayant dès le départ tous les ingrédients le rendant impossible, parce que vécu trop tard, à une heure trop décalée de l’horloge biologique.

 

L’Elu avait l’air sincère, et ce n’était pas que l’air. Mais aujourd’hui, au silence, il faut que je me fasse aussi, après avoir compris que les mots « à jamais » ont désormais tout leur sens.

 

C’est ainsi que le petit nuage qui me portait s’est mis à fondre, sous la chaleur intense de ma rivière de larmes, pour me faire atterrir à la case départ, sans regrets ni remords, d’avoir ouvert la porte à un rêve, où l’amour a pris toute sa place dans le leurre fragile des grands sentiments.

 

Une fois remises toutes les pendules à l’heure, après que le désespoir ait englouti toutes les illusions, le bon sens uni à la sagesse invitent à cesser de plaire, mettre une croix sur l’amour et mon cœur en jachère. Car si un court instant, ce rêve rend heureux, il abîme l’âme et détruit peu à peu.  Aujourd’hui, c’est un deuil que je porte d’une page de vie, qui tourne en même temps la mienne, et à jamais aussi.

 

 

 signature Julie coeur 3


Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Reflexions
commenter cet article

commentaires

Isilys 20/05/2012 17:27


"Quand les passions sont écartées,
Quand les sentiments s'estompent,
Quand les départs et les retours sont confondus,
Quand le fil du rasoir n'est plus tranchant,
parce que l'équilibre est harmonie,
Quand les pensées se taisent et qu'enfin
Le silence s'installe,
La liberté est atteinte,
L'Amour est là, neutre, absolu, tranquille."

Il est inutile d'ajouter d'autres mots plus personnel afin de livrer des mots concernant une histoire, autrement, plus personnelle encore... Seulement une vision autre permettant, peut-être, de
soigner des maux, mieux suturer une plaie même si, toujours ou, souvent, la plaie saigne incessament en un endroit invisible connu de soi seul...  

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module