Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:53

      Je précise que le titre que j'ai donné à cet article est la pensée de Monsieur Michel Onfray recueillie au cours d'un entretien enregistré sur l'une des vidéos jointes. 

 

 

     On est de son enfance comme on est d'un pays - Saint-Exupéry

 

 

 

 

Si j'ai décidé de mettre à l'honneur dans cet article une personne comme Michel Onfray, ce n'est pas pour une autre raison que ce grand philosophe représente pour moi le Maître à penser contemporain par excellence. Un homme au grand coeur qui applique sa philosophie dans sa vie quotidienne, en privilégiant l'Etre à l'Avoir et qui parvient avec le plus grand talent et simplicité à rendre toutes ses interventions passionnantes et riches d'enseignement.

Et surtout parce qu'il sort des sentiers battus de la philosophie en usant de toute sa liberté d'expression et de ses arguments en béton pour s'opposer aux citadelles bien protégées construites au cours de siècles d'un ordre bien établi de la pensée. Une force tranquille à provoquer le débat pour une sérieuse remise en question, quitte à "tirer sur des chars d'assaut" pour reprendre ses termes à la sortie d'une dédicace de son livre : Le crépuscule d'une idole, que Le Point avait mis en couverture de son magazine en précisant : "Onfray déboulonne Freud - Il lance la polémique sur la psychanalyse" et ses arguments ont de quoi chagriner sévèrement toute la profession traitant du fonctionnement du cerveau humain.

La fluidité et la grande clarté de ses discours ne peuvent que captiver des êtres en quête de cette pensée logique, rationnelle, que l'intelligence transcende et ne peut que faire éveiller des consciences, comme la mienne, ayant la pépie de la connaissance et de l'élévation de l'esprit. 

Depuis des années, je suis attentive aux interventions passionnantes de cette personne de référence, qui m'a donné l'envie, la première fois, de me plonger dans son Traité d'Athéologie, me confortant évidemment dans mes convictions au regard des arguments répertoriés dans ce dernier.

Je confirme que Monsieur Michel Onfray est une référence de grande qualité dans cette société de la pensée unique, où il est de bon ton de jouer des coudes et de mettre en valeur son ego pour satisfaire ses désirs de gloire et de reconnaissance publique, afin de s'octroyer une place de choix pour la postérité et dans l'Histoire. Ce Grand Monsieur est au-dessus de ces bassesses d'intellectuels qui virevoltent dans les cercles fermés de la capitale en voulant convaincre le public "ignorant" qu'ils détiennent la vérité.

Lors de mes recherches sur Internet, non seulement, j'ai eu confirmation de la valeur de haut niveau des conférences qu'il donne dans différentes villes de France et à l'Université Populaire de Caen qu'il a initiée en 2002, mais j'ai aussi découvert un homme d'une grande simplicité et d'un contact relationnel qui ne peut que donner envie de devenir un de ses amis proches, sans que sa notoriété mette mal à l'aise. Sans doute le fruit d'une pensée philosophique ne se contentant pas seulement de l'évoquer, mais également, en l'appliquant de manière existentielle et qu'il revendique absolument.

Cet homme est d'une modestie naturelle faisant ressortir sa beauté intérieure, comme une œuvre d'art peu à peu réalisée par un Maître d'Oeuvre sans égal. Une grande force de caractère sans doute acquise par un apprentissage de la vie, dont Emile Zola aurait pu s'inspirer pour écrire un drame. Et pour reprendre ses termes, empruntés à Nietsche : "ce qui ne tue pas rend plus fort "!

J'avoue humblement être très positivement impressionnée par sa personnalité et cette prédisposition naturelle à être un orateur persuasif et capable de captiver une assemblée toute la durée de son exposé. Un professeur de philosophie que j'aurais rêvé avoir puisque cette discipline intellectuelle de l'éveil m'a toujours attirée du plus loin que je me souvienne et sans savoir, moi-même à quoi cela correspondait réellement. Néanmoins, mon niveau d’Études ayant été réduit à son strict minimum, décision prise par des parents peu soucieux de l'avenir de leurs enfants et incités à travailler dès le plus jeune âge et sans alternative en fait, j'ai dû enfouir en moi mes rêves d’Études littéraires et philosophiques. Cela ne m'aura toutefois pas empêché de pratiquer une passion née de l'adolescence, l'écriture, impliquant une forme de pensée largement portée sur la réflexion et toutes les questions existentielles.

Je ne me suis pas privée non plus d'écouter quelques-uns de ces penseurs contemporains les plus talentueux. A mon humble avis, Michel Onfray demeure au sommet de la liste représentant à lui seul son exaustivité, car le talent ne court pas non plus les rues à pratiquer la sincérité, l'honnêteté et la fidèlité de ses convictions envers et contre tous, s'il le faut.

J'apprécie également Alain Finckenkrault, dans un autre genre et mode de pensée, mais Michel Onfray reste le Maître de l'éloquence et de la clarté dans l'exposition de ses arguments, avec des convictions existentielles dans lesquelles je me retrouve complètement.

Je tenais donc à lui rendre hommage, car je pense que c'est la première personne pour laquelle je ressens une grande admiration et c'est très réconfortant de connaître une fois dans sa vie le bonheur de rencontrer son Maître à penser. Je ne serai jamais capable de m'exprimer comme il le fait avec autant d'aisance, à en être captivant. Il me fait aussi penser à ces conteurs d'une époque révolue qui pouvaient mettre en haleine tout son auditoire en racontant ses histoires à la veillée. Je pourrais l'écouter des heures sans jamais me lasser! 

Alors merci Monsieur Michel Onfray de votre sincérité, votre honnêteté, votre authenticité et surtout.....de me donner ce si bel exemple de .......

 

VOTRE LIBERTE DE PENSER ET D'ETRE !!!

 

et de votre aide précieuse à m'apporter une paix intérieure à vous écouter et sans doute dans la logique des choses puisque, comme vous l'avez précisé, l'étymologie de votre nom en est la signification : donner la Paix !!!

 

 

 

 

UPC (UNIVERSITE POPULAIRE DE CAEN)

LE SAVOIR POUR TOUS, UN RÊVE ? 
MICHEL ONFRAY PAR L’ENSEIGNEMENT PUBLIC

 


Initiée en 2002 par le philosophe Michel Onfray, l’Université populaire de Caen est un beau projet… qui marche. Idée collective, elle parvient à mêler ce qui est souvent jugé impossible : l’exigence du savoir, la gratuité, l’interactivité, le libre accès. Pour les acteurs de cette initiative appelée à essaimer, « la culture y est vécue comme un auxiliaire de la construction de soi, non comme une occasion de signature sociale ». L’UNSA Education a voulu en savoir un peu plus. 

Enseignement Public : Créateur de l’Université populaire de Caen, vous dites avoir pris cette initiative car « l’offre oscille entre l’élitisme de l’université et l’improvisation des cafés philo ». Quelle est alors la spécificité de l’université populaire ?

Michel Onfray : L’université populaire s’adresse à tous sans demander quoi que ce soit à l’entrée (âge, diplômes, niveau, argent, motivations, etc.) et sans rien délivrer à la sortie… Ce qui importe ? Le désir de philosopher réellement à partir d’un contenu digne de ce nom exposé pendant la première heure de la séance. Ce contenu est commenté, critiqué, éclairé par un débat public et contradictoire dans la deuxième heure. Par exemple, lors de trois récentes séances sur Pierre Charon (un philosophe du XVIIè siècle), nous avons examiné pendant la deuxième heure les conditions d’une nouvelle laïcité : post-chrétienne, déchristianisée et franchement athée. Avec un ouvrage daté de 1601, nous avons réfléchi à ce que devait et pouvait être une laïcité pour aujourd’hui et demain. 

Enseignement Public : L’Université populaire n’est pas uniquement axée sur la philosophie, elle n’est pas non plus une œuvre personnelle. Que voulez-vous qu’elle devienne ? 
 

Michel Onfray : Qu’elle persiste à être ce qu’elle est : une communauté philosophique. Car il y a communauté entre les neuf intervenants à l’Université populaire, entre les participants aux cours et chaque intervenant, entre les participants eux-mêmes avant, pendant et après le cours. Il s’agit de fabriquer un jardin d’Epicure en plein XXIè siècle consacré au savoir, à la construction de soi, à l’amitié, à l’édification de sa propre existence, à la réflexion critique susceptible de produire une paix avec soi-même qui est la condition de possibilité d’une paix avec les autres et le monde. 

Enseignement Public : Vous avez démissionné de l’Education nationale après avoir enseigné la philosophie pendant 20 ans dans un lycée technique. Aviez-vous le sentiment de ne plus y être utile ?

 Michel Onfray : Je me sens utile ailleurs et autrement. En vingt ans, on fait le tour de ce qu’on peut réellement faire dans une institution où le poids de la direction, de l’administration, de l’inspection, de la bureaucratisation finissait par se faire trop insupportable. J’aimais le rapport aux élèves, mais le prix à payer en terme de copies, de programme, de conseils de classe, de journées pédagogiques, de bulletins, de livrets, de collègues parfois… finissait par être trop élevé. Je me sens utile pour un autre public, plus nombreux et lui aussi – j’enseignais volontairement dans un lycée technique – tenu en marge de la philosophie par les officiels de la discipline soucieux de distiller leur savoir à une caste soigneusement isolée du reste du monde. 

Enseignement Public : L’écrivain Robert Musil disait que les philosophes sont des êtres violents qui, faute d’avoir une armée à leur disposition, se soumettent le monde en l’enfermant dans un système. Et Michel Onfray ?

 
Michel Onfray : Musil parle pour lui… On peut ne pas être musilien, non ? Je crois qu’il y a des philosophes qui ont effectivement le fantasme de la domination, d’autres de l’obscurité allumée, certains du gourou, pendant qu’on peut aussi participer un tant soit peu à la conscience critique de son époque. On le sait, le philosophe est multiple : certains refusent le prix Nobel, d’autres acceptent de servir Jean-Pierre Raffarin, entre ces deux extrêmes, il y a place pour une grande gamme de choix. Dont celle d’hédonisme libertaire, de nietzschéen de gauche, de matérialiste athée, de philosophe critique, de technophile utilitariste, si vous voyez ce que je veux dire ! 

Propos recueillis par Jérôme CROZAT – L’ENSEIGNEMENT PUBLIC    




 

      O☼O☼O☼O☼O☼O

O☼O☼O☼O

☼O☼O☼

O☼

      O☼O☼O☼O☼O☼O

O☼O☼O☼O

☼O☼O☼

O☼

 

O☼O☼O☼O☼O☼O

O☼O☼O☼O

☼O☼O☼

O☼

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module