Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 12:08

 

 

 
 
Un Homme et son chien 

Assis par terre, il regarde fixement devant lui.

Son chien couché à ses côtés, le seul lien qui lui reste d’une humanité, qu’il aura connu, jadis, au temps de sa dignité.

 

A ce temps où ses souvenirs l’emportent dans ses heures de nostalgie.

Sa main caresse la tête de Lucifer, son ami, le seul, le plus fidèle, qui le couve de son regard plein d’amour inconditionnel.

 

Il lui a donné ce nom parce qu’il est le gardien de son enfer depuis que son destin l’a mis à genoux, à faire la mendicité devant les portes du supermarché. Sa présence est tolérée parce qu’il est si discret que la majorité des clients passent devant lui sans même le regarder.

 

Quelques-uns, cependant sensibles à sa misère, s’arrêtent un instant pour lui donner une pièce. Et sa journée passe, inerte, désertée, même de l’essentiel lui permettant confort et sécurité.

 

Sa haine, sa révolte, depuis des années il les a enterrées. Même plus la force de réagir ! Comme un indien a enterré sa hache de guerre contre l’homme blanc, le calumet de la paix s’est transformé pour lui en cigarette et même en mégots, glanés ça et là sur les trottoirs et dans les caniveaux.

 

Lui, c’est à la société tout entière qu’il en voulait ! Qu’il jugeait responsable de son naufrage dans la rue les pieds-nus à faire la manche, sa dignité salie de mépris et d’indifférence.

 

Il a suffi de « presque rien » pour le mettre par terre, et dont il ne peut plus se relever. Un dépôt de bilan de sa petite entreprise de menuiserie, un divorce qui en découla et le chômage pour l’achever. Maintenant, il attend le coup de grâce !

 

Assis par terre, les jambes en tailleur, la main droite caresse toujours la tête protectrice de son chien, appuyée sur sa jambe droite. Ce geste le rassure lui-même, le réconforte sûrement de cette chienne de vie qui est devenue la sienne.

 

Son regard est resté posé quelque part, à l’ombre de sa mémoire, libérant soudain des images d’évasion venues se projeter sur le mur blanc de la maison d’en face.

 

Un film sur écran géant vient de dérouler sa bobine. Il se souvient de ces cinémas en plein air, dans sa jeunesse, venus tout droit des Etats-Unis et qu’on appelait……Sa mémoire le trahit. Ah ! Mais comment c’était déjà ce nom ! se demande-t-il en fouillant dans les recoins de ses souvenirs.

 

Eureka ! Drive-in ! C’était ce mot anglais  qu’il cherchait. Dans sa voiture, il avait emmené une petite amie et ils avaient regardé ensemble, amoureusement enlacés, « Le bon, la brute et le truand ».

 

L’ombre d’un sourire se dessine sur ses lèvres gercées. Réminiscence de sa jeunesse perdue à jamais.

 

Il faut bien passer le temps, le tuer pour tromper l’ennui et le désespoir. Le titre du film qu’il commence à voir défiler dans sa tête est "Découvrir la Planète Terre". Son rêve de toujours qui n'aura jamais vu le jour. Les photos de paysages qu’il voit projetées sur le mur d’en face sont un aperçu d’un paradis perdu à jamais.

 

Et pourtant, c’est comme si du haut de cette falaise surplombant le Grand Canyon, il sentait le vent lui caresser le visage. Il peut renifler l’air et en profite même pour le respirer à pleins poumons. Le parfum de la Nature environnante pénètre dans ses narines polluées d’hydrocarbures des pots d’échappement des voitures, qui lui servent de parfum d’ambiance toute la journée. Il respire jusqu’à s’enivrer de toutes ses senteurs paradisiaques.

 

Il entend le chant des oiseaux se servir de l’écho pour créer un duo. Tout en se rapprochant du bord  de l’apic pour mettre à l’épreuve son vertige des hauteurs, il se sent libre subitement, libre même de prendre son envol dans ce paradis de verdure et de beautés.

 

Et s’il sautait ? Quelques secondes à planer dans les airs comme le condor au-dessus de la Cordillère des Andes, comme Jonathan Livingstone le Goéland au-dessus de la mer.

 

Il a sauté ! Sa descente vertigineuse est retenue par l’air qui se plaque à son corps violemment. Pendant un moment, il imagine se trouver allongé sur un tapis volant au pays des mille et une nuit. Le vent lui fouette le visage en le faisant vibrer, entre dans sa bouche qu’il ne peut plus fermer. Ses vêtements flottent en claquant sans cesse et il voit le sol s’agrandir de plus en plus.

 

Il est aux anges ! Il entre dans la légende des hommes volants, de ceux qui ont voulu rivaliser avec les oiseaux. Mon Dieu que c’est beau pense-t-il en voyant le lit du fleuve serpenter entre les montagnes. Pas un instant, il réalise que c’est dans ce même fleuve que sa chute va se terminer.

 

Soudain une pensée lui traverse l’esprit. Il lui manque quelque chose. Il fouille dans sa mémoire déconnectée du sol. Quand un éclair fulgurant lui rappelle que cette chose si importante pour lui….est son chien.

 

Il ne peut pas l’abandonner. Il ne peut pas lui faire une chose pareille. Il se débat dans les airs comme s’il voulait faire marche arrière, remonter sur cette foutue falaise qui continue à défiler devant lui comme la bobine d’un film super 8.

 

Et c’est quoi cette langue qui me lèche le visage, qui n’en finit pas de me débarbouiller ?

 

Quand il ouvre les yeux, c’est son chien visiblement heureux de voir son maître revenir à la vie qu’il aperçoit en premier. Puis lui saute brutalement aux narines les odeurs pestilentielles des pots d’échappement. Les chants des oiseaux sont remplacés par les moteurs des voitures et des mobylettes.

 

Il est tombé de la falaise, mais c’est en enfer qu’il a atterri ! Il sait également qu’il n’aura pas droit à une deuxième chance. Heureusement, Lucifer est à ses côtés et avec lui, il pourra tout de même continuer à rêver.

 

Seulement de quoi pouvoir manger, grâce au supermarché. Mais le rêve, au moins, lui il est gratuit et à la portée de tous. La seule justice en ce bas monde avec la mort.

 

De la mort, personne n’en réchappe ! Du rêve, c’est à qui le veut bien, même s’il est inaccessible, il suffit de le toucher en dormant….. même éveillé !

 

Tant que le chien sera l’ami et le confident du sans-abri, cette union tient les rêves au chaud dans la tête les jours d'hiver pour rester en vie.

 

 

 

 

f7wvv48t.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jonathan Livingston Seagull film complet    link

 

Partager cet article

Repost 0
Published by soleilvert29 - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Cilou 15/03/2011 22:38



COmme toujours, je me replonge dans tes texte avec un plaisir non dissimulé! Je suis restée trop longtemps absente, je reviendrai très vite. Ta plume est belle, magnifique même et je l'écris sans
complaisance aucune! Mon commentaire vient du coeur! Voilà, ce soir, j'avais envie de partager cela avec toi! Bisou, Cilou



soleilvert29 16/03/2011 01:55



Bonsoir Cilou et merci pour ton aimable commentaire. Cela me fait chaud au coeur, tu sais. C'est encourageant et tu es ma plus fidèle visiteuse. Je t'en remercie du fonds du coeur aussi. Moi
aussi, je retournerai me promener dans ton univers, où je suis passée il n'y a pas si longtemps. J'y ai d'ailleurs laissé quelques mots de satisfaction pour les textes qui m'ont énormément plu.
J'aime beaucoup ta manière d'utiliser les mots avec légèreté et profondeur à la fois. A très bientôt et bonne semaine. Bises ♥ Julie



Yann 06/07/2010 22:14



Oui, je reconnais bien là l'écrivain avec toute sa sensibilité, sa grandeur d'âme... Et j'ai ce privilège incommensurable d'aimer cette femme qui exprime si bien cette situation injuste que notre
société sans partage produit chaque jour.


Bravo pour ceci monn Amour


Yann



Talengar 18/04/2010 00:14



Bonsoir,


 


Voir le monde, et le raconter... c'est un bien précieux talent que celui-là!


Merci pour ce partage, pour cette vision, pour ce don.


 


Tal



Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module