Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 17:50
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........
485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........

485 personnes sans toit ont perdu la vie en 2013 ! 448 décès en 2015.........

 

Au début, on n'y croit pas,

on pense plutôt négligence, attention détournée,

acceptant le mépris, l'ignorance, comme des us et coutumes

d'une société en mal d'aimer !

Et puis le temps s'étire, se fripe, se gondole, en rides, en cheveux blancs,

s'étourdissant d'un silence accablant,

dont l'écho de l'oubli résonne en solitude.

On n'attend plus, on subit, on supporte

le poids si lourd de ce fléau urbain qu'est l'indifférence !

Alors on s'habitue, on vit dans le repli,

répondant en écho à un rejet évident de l'autre, par inadvertance,

tenant compagnie à sa solitude, ou vice versa !

On se recroqueville, on vit en apnée émotionnelle,

jusqu'à s'oublier soi-même dans l'errance d'une vie

qui en a perdu jusqu'à son sens.

Puis soumis à la sentence que personne ne vous aime,

Ne plus avoir envie de faire le pas vers cet autre

si négligent, si peu sensible aux émotions, à l'existence d'autrui.

 

L'indifférence tue après avoir blessé, humilié, meurtri, anéanti.

Son plus terrible symbole se retrouve assis par terre, ou couché dans la rue,

Quand on a tout perdu, que de personne on n'est plus attendu,

que seul le trottoir vous accueille, sans chaleur, anonyme et cassé

avec le désespoir en bandoulière et l'âme en mille morceaux.

Même plus la douleur de ressentir le froid, le vent ou la pluie,

car votre vie vous a mis K.O. dans cet uppercut du dernier round.

Ne restant plus qu'à attendre ce jour libérateur,

de votre corps si lourd du poids de cette déconvenue,

du déclin d'un destin, ou accident de la vie,

serrure fermée à double tours aux lendemains heureux.

Sans clé pour les rouvrir, sans main qui soit tendue !

 

On devient transparent aux autres, invisible,

plaqué au sol dans sa misère solitaire,

son orgueil blessé à mort, ses espoirs détruits,

comme ses vêtements usés, déchirés, salis,

enivré du mal être des regards détournés des passants pressés,

robots téléguidés, insensibles, égoïstes et souvent méprisants.

Des enveloppes renfrognées au regard fuyant,

se croisant dans les rues sans se voir et même se bousculant,

en ayant pour seul champ de vision, et comme but,

l'Avoir pour Être, et non pas l’Être pour Être !

C'est ainsi que, ce que l'on nomme des humains,

foncent tête baissée sur un chemin de vie

miné d'illusions, de chimères, échoués dans un désert,

sans partage, en colère, aigris, tout seul dans leur tête

et même pas encombrés de leur conscience vide.

 

L'indifférence est partout ! Elle s'incruste même au cœur des familles

Elle parasite notre équilibre affectif,

comme un ver dans une pomme, elle dévore de l'intérieur.

La communication se bloque, incompatibilité d'humeur !

Jeunes, moins jeunes, tous à mettre dans le même sac !

Mais l'indifférence n'est que l'un des traits du caractère défectueux

de l'être humain, inoculée à ses gènes,

probablement pour résister à la sélection naturelle,

au temps où il était livré à son instinct animal,

à ces périodes de grande précarité

ou l'essentiel se limitait à la survivance.

Cette loi du plus fort dans le règne animal, du plus intelligent et du plus malin !

 

Toutefois, entre temps, il a subi une évolution !

Il aurait même dû se perfectionner dans le mode solidarité et compassion.

Au lieu de cela, il a fini par oublier son statut d'origine,

et l'a renié dès que possible pour enfin régner sur le monde 

en mâle dominant de toutes les espèces animales !

 

A force de patauger, de barboter dans cette indifférence mortifère,

Il s'est fait un nouvel allié avec l'ignorance

et pour clore la trilogie de l'humain d'aujourd'hui,

il s'enlise, se vautre, s'habille du mépris, du silence et du non-dit !

Ou alors, il s'oppose, il critique, il insulte, il invective,

Se spécialise dans les dialogues de sourds,

pour garder la main d'une position dominante,

son ego démesuré en figure de proue !

 

L'indifférence est la maladie contagieuse de notre époque.

Elle n'est pas la même que celle d'hier, elle a empiré !

Elle est même devenue le déni de l'autre,

au point de l'insulter, le repousser, l'ignorer,

le regarder crever dans la rue sans lever le petit doigt.

Elle est habillée d'hypocrisie et de faux-semblants !

Elle fait prendre la fuite à un chauffard qui vient de renverser un enfant

ou même un groupe de piétons !

Elle fait bousculer sur le trottoir les gens croisés sans même s'excuser.

Elle ne fait plus laisser sa place dans un transport en commun à une personne âgée.

Elle va même jusqu'à l'abandon par une mère de son enfant

sur une plage à marée montante,

parce que, dans sa vie amoureuse, elle le trouvait gênant.

 

Elle fait découvrir des corps sans vie depuis des semaines, des mois,

et même des années au stade de la momification de personnes âgées,

mortes dans leur maison ou appartement,

sans que personne ne se soit inquiété

de leur longue absence et leur silence prolongé !

Elle a assassiné le respect, l'attention à l'autre, au point de le renier,

sans même se sentir coupable, chacun pouvant revendiquer cet état d'être, 

comme celui de son épanouissement, de sa liberté d’Être !

 

L'Indifférence est cultivée, banalisée,

se dissimule derrière le bouclier d'une communication virtuelle,

dont la promotion revient à Internet et ses réseaux soi-disant sociaux,

couloirs de cancans et de débines, de bassesse et de petitesse.

Où sont finalement très rares les rencontres désintéressées,

riches de partages de culture et de sincérité.

 

Si cette diatribe de ma part peut sembler sans alternative, bien sévère,

ce n'est pas non plus dans le but de provoquer ou voir dénoncer ma

misanthropie.

 

C'est seulement parce que dans ce monde de brutes,

je ne suis pas épargnée, comme chacun l'est aussi,

de cette nature humaine, dont nous ne pouvons pas être fière,

tant que notre nombril sera le centre de ce monde,

comme un point culminant de notre égocentrisme.

 

Julie Tomiris

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soleilvert29

  • : L'HUMEUR DES JOURS
  • L'HUMEUR DES JOURS
  • : Liberté de penser.....et d'écrire !
  • Contact

Profil

  • Julie Tomiris
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté !
Jouer de la musique, celui d'être entendu !
Pour être compris, il faut être écouté et entendu !
Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.
  • Ecrire est le meilleur moyen d'être un peu écouté ! Jouer de la musique, celui d'être entendu ! Pour être compris, il faut être écouté et entendu ! Et pour ces raisons, ce sont mes deux passions.

Mes Livres aux Editions du Net

Taper le titre à découvrir dans "Recherche" - Se faire mener en bateau..." - Ne pas Etre...ou l'Ombre de soi-même - DOUBLE JEu
Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.">

Et Merci Pour Vos Commentaires

Phases de Dame Lune

Archives (Années 2010-2011 > "recherche")

Carpe Diem

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net sur centerblog.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module